virtu-desk VIRTU-DESK - Technologies de virtualisation et sécurisation de l'environnement utilisateurs.

VDI, DaaS : Où va le marché ?

Le VDI a été un temps considéré comme l’avenir de la gestion des postes de travail, mais il peut parfois être perçu comme une relique. Toutefois, le VDI présente certaines caractéristiques qui lui permettent de rester dans l’air du temps. En 2021, Gartner prévoyait que l’utilisation des postes de travail en mode service dépasserait 150 % entre 2020 et 2023. Il sera donc intéressant d’examiner si ces prévisions étaient exactes et quelles en sont les implications pour l’avenir de la VDI.

L’évolution du VDI moderne et du DaaS

Le VDI est promu sur le marché de la virtualisation des postes de travail depuis longtemps, avec des champions de longue date tels que VMware et Citrix. Au départ, le principal défi associé au VDI était l’absence de prise en compte adéquate du dimensionnement et des performances du matériel sous-jacent, ce qui se traduisait par des expériences utilisateurs pas toujours satisfaisantes. Cependant, les offres hyperconvergées sont devenues la norme en matière d’infrastructure et les performances ne sont plus le problème majeur qu’elles avaient auparavant.

En outre, la plupart des fournisseurs de VDI proposent désormais des intégrations étendues avec le stockage, l’hyperviseur et même le cloud public, ce qui simplifie grandement l’administration par rapport à ce qui se faisait auparavant. Ils fournissent également un plan de gestion en mode cloud, ce qui facilite le déploiement des mises à jour en cas de besoin et simplifie l’administration avec moins de parties mobiles que précédemment.

Le poste de travail service (DaaS) a souvent été considéré comme une tactique de réduction des coûts informatiques pour les organisations, mais cette approche s’est souvent révélée infructueuse. Cependant, la pandémie a créé une nécessité claire et urgente : les organisations avaient besoin d’un moyen de maintenir leurs activités alors que les employés travaillaient à distance et utilisaient une variété d’appareils. Le DaaS offre une solution sécurisée et évolutive à ce problème.

En outre, les perturbations de l’accès au matériel causées par la pandémie ont fait du DaaS une option encore plus convaincante, permettant aux organisations d’utiliser des services en mode cloud sans investir dans leurs propres centres de calcul et offrant une allocation de ressources évolutive. En réponse à cette évolution, les fournisseurs de logiciels VDI tels que Citrix n’ont pas tardé à proposer leur service DaaS, connu sous le nom de Citrix DaaS, qui a fait ses débuts en 2020. En 2021, Microsoft a également fait son entrée dans l’espace DaaS avec son service Windows 365, qui fournit une machine virtuelle dédiée au cloud et exploite de nombreuses fonctionnalités d’Azure Virtual Desktop.

Selon le dernier rapport DaaS Like a Pro, qui est une enquête annuelle menée par les évangélistes de l’informatique de l’utilisateur final, la plupart des organisations devraient augmenter leur utilisation de services DaaS dans les années à venir. Le rapport indique également que la majorité de ces organisations se concentreront sur l’utilisation d’Azure Virtual Desktop.

Avec l’arrivée de ces nouvelles offres DaaS sur le marché, il est devenu plus facile que jamais d’accéder à un poste de travail virtuel, ce qui permet même aux petites entreprises de profiter de ses avantages sans avoir à investir massivement dans un centre de calcul et des logiciels. Elles peuvent opter pour un modèle de paiement à l’utilisation proposé par les fournisseurs de services en mode cloud, ce qui leur permet d’accéder facilement à un poste de travail virtuel. Il est désormais évident que Microsoft intensifie ses efforts dans ce domaine et explore de nouvelles opportunités afin d’offrir un bureau optimisé pour les développeurs en tant que service, grâce à un nouveau produit appelé DevBox.

Quels sont les cas d’utilisation de la VDI moderne ?

Malgré l’évolutivité et la facilité de gestion qu’offre le DaaS, il présente certaines lacunes au niveau des fonctionnalités. Ainsi, le VDI conserve une pléthore de cas d’utilisation, notamment les suivants.

Charges de calcul hybrides

Pendant longtemps, la plupart des entreprises conserveront une configuration hybride, dans laquelle les applications et les postes de travail fonctionneront à la fois dans les centres de calcul existants et dans le cloud public. De nombreux fournisseurs de VDI proposent désormais un volet de gestion en mode cloud pour leur service VDI, ce qui simplifie l’administration, tout en assurant l’intégration avec les centres de calcul sur site. Toutes les offres DaaS entièrement gérées sont liées à une plateforme dans le cloud public, étant donné que la clé du DaaS est la normalisation.

Microsoft a également compris l’importance de l’hybride. Alors que l’adoption d’Azure Virtual Desktop (AVD) a connu une forte progression, Microsoft a introduit la possibilité d’exécuter des charges de calcul basées sur AVD en local, mais uniquement sur sa propre offre hyperconvergée appelée Azure Stack HCI. Il s’agit également d’un aspect important en ce qui concerne la criticité des données, la plupart des données et des services dorsaux étant stockés dans les centres de calcul existants. Cela signifie également que les applications devront y être exécutées pour offrir une expérience optimisée à l’utilisateur final.

Flexibilité et personnalisation

Les offres DaaS ont pour but de fournir un service standardisé et, comme les autres offres de type « as-a-service », cela signifie qu’il y aura toujours une perte de fonctionnalité au cours du processus. Cependant, dans certains cas, le DaaS ne permet pas de supporter la productivité et les pratiques générales de l’entreprise.

Par exemple, le cloud public offre la prise en charge de nouveaux matériels et de l’infrastructure, mais parfois, comme dans le cas de Windows 365, il limite l’utilisation de matériels plus récents en s’appuyant sur un ensemble de types de machines virtuelles prédéfinis. Par conséquent, les utilisateurs risquent de ne pas profiter des avantages de l’innovation matérielle. Il existe également des limites à l’utilisation de centres de calcul dans différentes régions géographiques, ce qui peut affecter l’expérience de l’utilisateur final en raison d’une latence plus élevée – en particulier lorsque le DaaS est limité à des régions spécifiques.

Dans une grande entreprise, il peut être nécessaire d’inspecter ou d’acheminer le trafic vers un équipement réseau spécifique ou de permettre la communication entre le poste de travail et d’autres services PaaS ou services de fichiers. Cependant, la plupart des fournisseurs de DaaS offrent des fonctions limitées pour prendre en charge ces intégrations, en s’appuyant principalement sur l’intégration basée sur le VPN. Cette limitation s’applique également à la prise en charge de différents services de stockage. Par exemple, si un service de stockage haut de gamme est nécessaire chez le fournisseur de services cloud, le poste de travail virtuel peut ne pas être en mesure de le prendre en charge.

Comme pour la plupart des offres en mode service, le service est géré par les fournisseurs, ce qui inclut la machine virtuelle qui exécute le poste de travail. Cela signifie que la configuration de la sécurité de la machine est gérée par le fournisseur. Il est possible d’inclure ses propres agents tels que l’antivirus et l’EDR, mais les options permettant de modifier la configuration de sécurité de la machine virtuelle sont limitées. Cela peut être nécessaire pour les fonctions UEFI et Secure Boot, ainsi que pour BitLocker et le chiffrement basé sur le système d’exploitation. Cela peut également affecter l’utilisation des fonctions de sécurité du système d’exploitation, telles que Credential Guard et Tamper Protection dans Windows.

Quel sera l’effet du cloud public sur l’utilisation du VDI ?

Selon les prévisions de Gartner, les dépenses totales consacrées aux services de cloud public, IaaS et PaaS combinés, devraient dépasser les 180 milliards de dollars en 2023. Comme de plus en plus d’entreprises transfèrent leurs traitements et leurs services vers le cloud public, il est probable que les déploiements VDI existants seront remplacés par une offre DaaS ou par un déploiement VDI en mode cloud, en fonction des besoins spécifiques de l’entreprise. Alors qu’une architecture de virtualisation des postes de travail basée sur le DaaS peut parfaitement répondre aux besoins de nombreuses organisations, celles qui déplacent des charges de travail vers le cloud public retarderont, dans la plupart des cas, leur adoption jusqu’à ce que leurs applications et leurs données soient entièrement migrées.

Si l’on se réfère à la prédiction de Gartner évoquée au début de l’article, 2023 n’est pas nécessairement l’année du VDI. L’adoption du DaaS a augmenté et continuera d’augmenter. De plus en plus d’organisations adopteront ces services et d’autres étendront ou remplaceront leur utilisation du VDI pour capitaliser sur les capacités supplémentaires de gestion des charges de travail hybrides. Bien que le DaaS offre la commodité et une gestion simplifiée, le VDI offre la flexibilité et la prise en charge des traitements hybrides. Les deux options de virtualisation des postes de travail resteront donc nécessaires dans un avenir prévisible.

Sources de cet article.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire